le fofo! Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Madeleine

 
Répondre au sujet    le fofo! Index du Forum » POUR LES NOSTALGIQUES » RP DE LA V6.1 » QUI SONT NOS PERSOS Sujet précédent
Sujet suivant
Madeleine
Auteur Message
Madeleine
Invité

Hors ligne




Message Madeleine Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
[RP perso publié sur le forum des AJ mais faute d'accès, peu de gens y ont probablement accès... et comme on joue quand même beaucoup ensemble, ça peut intéresser certaines personne Smile ]

La pièce était encore dans la pénombre. Le vieux monsieur qui sentait pas bon ne bougeait plus depuis un moment mais Madeleine préférait ne pas sortir de sa cachette.
Un grondement sonore se fit entendre et Madeleine se recroquevilla de plus belle... avant de réaliser que ce grondement venait de son ventre. Elle avait faim.



Plissant le yeux et levant une petite main frêle devant son visage pour se protéger de l'afflux de clarté, Madeleine repoussa l'épaisse trappe et contempla le panorama : la maison du vieux monsieur avait disparue. A la place, du sable à perte de vue. Elle posa ses rares possessions sur le sol poussiéreux - un vieux mouchoir mâchonné écarlate et une poupée qui avait clairement connu de meilleurs jours - et se hissa dehors.
Elle respira un grand bol d'air frais. Ça faisait du bien : elle sourit.
Il fallait maintenant trouver où aller... un coup d’œil aux alentours la renseigna sur le peu de choix qui s'offraient à elle : à part une drôle de cabane au sud, il n'y avait rien de bien intéressant.
Alors qu'elle allait se mettre en route pour l'étrange construction, un son capta son attention. Se tournant vers l'origine du bruit.
Un homme agonisant. Il tenait fermement une petite radio d'une main et tendait l'autre en direction de Madeleine. Il semblait très affaibli et semblait marmonner quelque chose. Sa façon de tordre la bouche rappela à Madeleine le vieux monsieur. Elle ne peu s’empêcher de trembler... puis se calma, un drôle d'éclat dans les yeux.
Lentement, elle se baissa pour attraper la plus grosse pierre que ses petits bras puissent soulever et avança résolument vers l'homme.



En arrivant à la cabane, Madeleine s'était bricolé un petit baluchon avec son mouchoir. Celui ci était d'ailleurs bien remplis et gouttait encore malgré le froid qui s'installait à l'approche de la nuit. Sa poupée s'était également alourdie : la radio du vilain monsieur semblait importante, aussi avait elle voulu l'emmener. Il n'y avait plus de place dans le baluchon, alors elle l'avait mise dans son jouet.
C'était amusant : depuis, la poupée parlait avec la voix d'un vieux monsieur. Elle disait s'appeler Taylor et disait plein de mot interdits.
Un adolescent sortit du bâtiment pour l’accueillir : il était grand et disait s'appeler Tsitsi. Il parlait d'une façon bizarre mais Madeleine l'aimait bien.
Il lui parla d'aller retrouver des amis à lui. Des amis qui les nourriraient et qui leur permettraient de dormir au chaud. Il faudrait travailler pour les aider aussi, mais ça valait le coup. Par contre, il allait falloir se dépêcher d'y aller avant que le froid ne devienne intenable et que les vivres ne manquent...
Madeleine écoutait d'une oreille distraite : elle avait déjà décidé de suivre Tsitsi. Il était amusant avec sa drôle façon de parler. Et il avait un regard gentil.
Lun 16 Jan - 10:10 (2012)
Madeleine
Invité

Hors ligne




Message Madeleine Répondre en citant
En arrivant au bastion d'Ice Creek, Madeleine était au bord de l'épuisement... Le voyage avait été très dur : marcher, encore et encore... mais Madeleine était une grande fille. Elle ne se plaignait pas. Enfin, pas trop.
On lui avait donné de l'eau et à manger. On lui avait même donné des médicaments. Madeleine n'aimait pas trop, mais elle était trop faible pour faire la difficile. Et avec une bonne rasade d'eau, ça passait assez bien, en fait.
C'était Silve qui l'avait soignée. Sa nouvelle sœur. Ça avait été le coup de foudre : Madeleine avait vite décidé qu'elle en quitterait Silve pour rien au monde. A coté de sa grande sœur, elle se sentait en sécurité. Un sentiment qu'elle n'avait pas l'habitude d'éprouver. C'était étrange et... agréable.
Silve lui avait même donné un couteau. Madeleine avait rangé son nouveau trésor dans Taylor, mais quand elle était seule, elle le sortait pour l'admirer. C'était un gros couteau, mais il était assez léger pour que Madeleine puisse le tenir sans peine, malgré sa faiblesse.
Quelques temps après leur arrivée, Madeleine se sentait un peu mieux. Elle avait repris des forces et commençait a remarquer l'effervescence autour d'elle. Les grands attendait visiblement quelque chose et discutait d'un château et d'un bateau. Ça lui plaisait bien, mais elle ne s'y intéressait pas tant que ça : tant qu'elle serait avec Silve, Madeleine irait n'importe où.
Une grande dame donnait au petit groupe des ordres d'une voix autoritaire. Silve aussi, haussait la voix sur les autres adultes, quand ils faisaient des bêtises. Madeleine était contente : sa grande sœur était forte et pourrait la protéger des méchants. Du coup, elle trottinait derrière elle, comme une ombre.

Une soir, Silve vint la voir et lui proposa d'aller jouer avec son nouveau jouet et Eldirecto. au début, Madeleine avait cru qu'Eldirecto était un méchant monsieur et avait eu un peu peur que sa grande sœur fasse comme sa dernière maman et ne la donne. Mais Eldirecto n'était pas un méchant monsieur. en fait, ce n'était même pas un monsieur. C'était une drôle de dame, toute maigre. Elle avait des gestes très lents et le regard un peu vitreux.
Madeleine l'emmena dans le désert, à l’abri des regards et commença à lui parler :
"Bon, Silve veut qu'on joue ensemble. T'es une gentille, toi, ou pas ?"
Devant l’absence de réaction de la femme, Madeleine s’énerva un peu. Elle la poussa pour avoir son attention. Contre toute attente, Eldirecto tomba par terre et se recroquevilla, comme effrayée.
L'instant d'après, Madeleine soufflait fort. Elle avait son couteau à la main, poisseux. L'autre gémissait. Le sang coulait de plusieurs entailles un peu partout. Madeleine ne savait pas trop ce qu'il s'était passé : en voyant la femme se mettre en boule, elle avait repensé au méchant monsieur. Mais cette fois, ce n'était pas elle qui rampait par terre. Tout était aller très vite et, finalement, elle avait aimé ça.
Elle attrapa Eldirecto par les quelques cheveux qui lui restaient et approcha la lame du couteau de son œil. Elle appuya tout doucement, jusqu'à ce qu'Eldirecto soit prise de tremblements. Puis elle recommença avec l'autre oeil. Chaque nouvelle entaille apportait son lot d'informations et Madeleine était avide d'apprendre.

Au bout d'une petite heure à jouer ainsi, Madeleine en eu assez. Prise d'une inspiration, elle enfonça le couteau jusqu'à la garde sous le sein gauche d'Eldirecto. Cette dernière ne réagit presque pas. Juste quelques bulles écarlates qui sortirent de sa bouche et puis plus rien. Pour vérifier, Madeleine sonda de son couteau quelques endroits sensibles mais n'obtient pas vraiment de réaction.
Puis Madeleine se rappela. Elle devait trouver à manger. Eldirecto était un peu trop abimée, ça ne ferait pas de jolis morceaux... il faudra faire plus attention la prochaine fois, se dit elle.
Si elle avait bien appris quelque chose ces dernières semaines, c'était que le manger était difficile à trouver. Jouer avec la nourriture était une chose, mais il fallait pas la gâcher.
Après avoir jaugé Eldirecto pendant un moment d'un air songeur, Madeleine s’accroupit sur le cadavre et commença la découpe.


De retour à Ice Creek, Madeleine avait retrouvé Silve, toute contente d'avoir bien joué. Elle avait montré les restes d'Eldirecto et avait été récompensée par un calin. Elle aimait bien ça. Une petite pointe de regret, tout de même, de ne plus pouvoir jouer avec Eldirecto. La prochaine fois que Silve l'enverra jouer avec quelqu'un, elle prendrait son temps. Et éviterait les endroits bon à manger. Elle savait comment faire, maintenant.
Lun 16 Jan - 10:11 (2012)
Madeleine
Invité

Hors ligne




Message Madeleine Répondre en citant
Quelques jours plus tard, Silve expliquait à Madeleine comment se rendre utile à la communauté : la petite devait fouiller les alentours du camp à la recherche de choses utiles : retourner des cailloux pour trouver des herbes, farfouiller dans des gens qui bougent plus pour y trouver des morceaux encore bons... Mine de rien, la tâche demandait du temps et de l'attention.

Un jour qu'elle se promenait un peu plus loin que d'habitude avec sa grande sœur, Madeleine perdit cette dernière de vue. En quelques heures, elle s'était perdue. Sans se démonter, elle tripota les boutons de la radio, dans sa poupée, et contacta Silve. Madeleine était heureuse : jamais plus elle ne se perdrait pour de vrai.
Quand la jeune russe la rejoignit, Madeleine était absorbée par un phénomène assez... insolite : un gros bateau passait non loin des côtes.
Sur le bateau, un vieux monsieur l'aperçu et lui fit un grand signe de la main. Le monsieur était très vieux et intimida fortement Madeleine qui se réfugia aussitôt dans les jambes de Silve. Heureusement qu'elle avait sa grande soeur, maintenant : les vieux messieurs mettaient toujours Madeleine mal à l'aise.
Une fois rassurée, elle emboita le pas de Silve pour retrouver leurs compagnons.

Quand elles arrivèrent à la communauté, le gros bateau était déjà reparti (ce qui, mine de rien, arrangeait bien Madeleine : même en compagnie de Silve, elle préférait éviter ce vieux monsieur bizarre... Tout le monde se préparait pour le grand départ : la glace avait enfin fondu et la chef - une grande blonde pas très causante... mais qui semblait très amie avec Silve et donc ne pouvait pas être méchante - pressait tout le monde à embarquer les provisions qui avaient été récoltées pendant l'hiver.
Quand tout fut prêt, ils partirent vers l'ouest : d'autres bateaux devaient retrouver la petite troupe pour les emmener sur l'eau. Madeleine n'avait jamais été sur l'eau... enfin, sauf quand elle avait été se promener sur la glace avec Tsitsi. Elle était un peu impatiente, même si le plus important, c'était de rester avec sa grande sœur.
Fort heureusement, ils n'attendirent pas bien longtemps : deux gros bateaux arrivèrent quelques temps plus tard. Ils chargèrent tout et embarquèrent. Instinctivement, Madeleine su que cela marquait une étape importante dans sa vie. Elle ne reverrait sûrement jamais plus la maison du vieux monsieur qui sentait mauvais. Enfin, ce qu'il en restait. Le petit vent frais du matin vint repousser ses mèches blondes crasseuses. Elle aimait ça : elle sourit.
Lun 16 Jan - 10:46 (2012)
Contenu Sponsorisé






Message Madeleine

Aujourd’hui à 12:23 (2017)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    le fofo! Index du Forum » POUR LES NOSTALGIQUES » RP DE LA V6.1 » QUI SONT NOS PERSOS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com