le fofo! Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Un p'tit stage ?

 
Répondre au sujet    le fofo! Index du Forum » POUR LES NOSTALGIQUES » RP DE LA V6.1 » FEU EYJAFJALLAJÖKULL DANS TOUS SES ETATS Sujet précédent
Sujet suivant
Un p'tit stage ?
Auteur Message
Coeur
ADMIN

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2011
Messages: 2 039
Localisation: Tu veux pas ma gratte non plus ?

Message Un p'tit stage ? Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
[envoyé a l'intéressé, faites lui suivre vos réponses]


Terré dans les montagnes, le grand black marmonne dans sa radio volée en regardant constamment par dessus son épaule. Affaibli par les tortures déjà subies et le travail forcé intensif, il peine dans les montées et trébuche dans les descentes. 
La neige poisseuse envahit ses godillots troués, le blizzard alpin s'infiltre dans ses vêtements déchirés et le fait bleuir à vue d’œil, œil qu'il peine à garder ouvert dans les rafales. 
 
Il lui semble à un moment entendre un son indistinct, comme un hennissement qui ricoche de paroi en paroi. Il se fige, puis reprend sa course en essayant sans grand succès d'accélérer le pas. 
Sans repère dans le brouillard montant, il s’engouffre dans une forêt de conifères noirs qui descend en pente abrupte vers un torrent. Les aiguilles pourries glissent sous ses pieds et il avance en passant d'un tronc à l'autre pour s'y appuyer et s'y fondre au mieux. 
Il doit s’arrêter fréquemment pour souffler, et prend une pose au bord du ruisseau avant de se mettre à le longer en direction de la vallée. La nuit tombe, mieux vaut éviter de la passer en altitude. 
 
Recroquevillé contre un rocher, dissimulé autant que possible, il s’apprête a passer une nuit éprouvante. Le froid l’empêchera de fermer l’œil jusque dans ses derniers retranchements. Il finit par s'endormir, grelotant, quelques heures avant le lever du jour. 
 
Le réveil est aussi dur que le sommeil, mais il est encore vivant. Il se secoue et reprend sa marche hésitante, le nez coulant et le ventre vide. 
Le soleil voilé peine à réchauffer quoi que ce soit, et le vent souffle toujours. 
Même avant le Crash ces montagnes devaient être quasiment inhabitées. Aucune chance de mettre la main sur quoi que ce soit d'utile à la survie. 
 
Vers midi, il parvient sur un vaste plateau où le vent fait moutonner un tapis d'arbustes rachitiques. Pas moyen de contourner, il faudra passer à découvert. Il se lance, trébuchant à chaque pas sur la végétation coriace. 
A l'ouest, un oiseau s’envole. Siroko se fige, et terré au ras du sol scrute le bord du plateau où ne tarde pas a apparaitre la silhouette caractéristique d'une cavalière Basterd. Elle avance tranquillement vers le centre de la steppe en la balayant minutieusement à la jumelle du haut de sa monture. 
Le fugitif s'allonge dans les jeunets desséchés et ne bouge plus. Il est quasi indétectable à l’œil nu... 
Pourtant, son oreille collée au sol humide commence peu à peu à percevoir la vibration des sabots du cheval, de plus en plus proche. 
Il n'ose pas lever la tête et en est encore à espérer qu'elle passera au large sans l'apercevoir lorsque un glapissement inhumain et horriblement proche retentit. Le temps de tressaillir, il se retrouve nez à nez avec la gueule écumante de la hyène. Les mâchoires infectées claquent à quelques centimètre de son visage, et Aglaë tire sur la laisse tout en mettant pied à terre.
 
 
Caaaalme Athena. 
 
Elle saisit l'animal par le collier pour l'empêcher de le déchiqueter sur place, et se met sans autre forme de procès à le cribler de coups de botte ferrée. Ils sont extrêmement bien placés et il se retrouve rapidement plié en deux, le souffle coupé et le visage en sang. 
 
Assis ! 
Nan pas toi, la hyène. 
 
Bien. Sage. 

 
La bestiole est bien dressée et se calme le temps que la chauve attache le chauve sonné et le charge comme un sac sur la croupe de son cheval un peu nerveux, où elle l'arrime solidement. 
Elle lui reprend la radio et prend soin de le bâillonner avec un linge crasseux, qui s'imbibe prestement du sang des dents pétées. Puis elle se met elle même en selle et pique des deux pour rentrer au patelin en construction. 
 
Il comate pendant l'essentiel du retour et est brutalement rappelé a la réalité lorsqu'Aglaë le jette du cheval, au pieds des Basterds et Phoenix réunis. 

 
Tiens Jaz, j'te la rend. Tu sais qu'c'est un amour cette bébête ?

_________________
Mar 20 Sep - 01:16 (2011) Visiter le site web du posteur MSN
Coeur
ADMIN

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2011
Messages: 2 039
Localisation: Tu veux pas ma gratte non plus ?

Message Un p'tit stage ? Répondre en citant
[Siroko, dans son style inimitable, répond : ]

Quand miss pute en chef débarque et le rosse de coup, il encaisse, crie et s’avachis, mais s’évertue tout de même à garder le sourire, car malgré tout, Aglaé à toujours une plus sale gueule que lui. Franchement, peut être que lui aussi si mère nature l’avait à ce point accablé, il en voudrait au monde et montrerais les crocs à tout bout de champs. Entre ces dents, outre les glaviots ensanglantés et autres borborygmes incompréhensibles, il parvient à articuler quelques mots. 
 
- Qu’est-ce que t’es moche… 
 
Un rire s’échappe, tout de suite chassé par une quinte de toux douloureuse. Le reste du voyage ne sera que douleur, affres et tourments. Mais tout de même, ne dit on pas qu’un rire vaux miles maux ? (celui qui disait ça est un con, certes, mais lui au moins à atteint la postérité)

_________________
Mar 20 Sep - 22:19 (2011) Visiter le site web du posteur MSN
Charley
ADMIN

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2011
Messages: 1 484
Localisation: pas là où tu es

Message Un p'tit stage ? Répondre en citant
Après l’annonce faite à tout le désert, il fut rapidement constaté que le prisonnier Siroko s’était déjoué de ses gardes. Que celui-ci s’échappe était bien compréhensible, sa position n’étant pas des plus appréciable, loin de la ; mais qu’il vole une radio et en profite pour révéler à tous leur position géographique ne l’était plus.

La rage grondait chez plusieurs d’entre eux. La rage, ou simplement l’adrénaline de la traque qui allait s’en suivre peut être.

Agläe fut la première sur le pied de guerre, savourant déjà le plaisir de retrouver sa proie et de pouvoir se défouler dessus. Jaz aurait bien voulu faire partie de la traque, mais plusieurs tâches nécessitaient sa présence, et la leader basterd serait surement plus efficace qu’elle dans ce rôle.

Athena trépignant sur place, l’excitation des humains se transmettant à elle, et sachant l’animal friande de ce genre d’exercice, Jaz s’approcha de la chauve et lui proposa de prendre la hyène avec elle. Le flaire de l’animal pouvant être une bonne aide pour retrouver le fuyard.

Lorsqu’elle vit celle-ci passer une corde dans l’énorme collier entourant le cou du hyénidé, elle leva un sourcil septique, l’animal n’étant pas habitué à marcher à la laisse comme un gentil petit chien chien.

Mais en voyant le duo partir sans encombre, la jeune femme fut un peu rassurée, et s’engouffra dans le bâtiment pour attendre leur retour.


_________________
Fini la v6.1 vive la v7?
Ven 23 Sep - 00:59 (2011)
Coeur
ADMIN

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2011
Messages: 2 039
Localisation: Tu veux pas ma gratte non plus ?

Message Un p'tit stage ? Répondre en citant
[ Peu après sa recaptSiroko dit : ]

Quand miss pute en chef débarque et le rosse de coup, il encaisse, crie et s’avachis, mais s’évertue tout de même à garder le sourire, car malgré tout, Aglaé à toujours une plus sale gueule que lui. Franchement, peut être que lui aussi si mère nature l’avait à ce point accablé, il en voudrait au monde et montrerais les crocs à tout bout de champs. Entre ces dents, outre les glaviots ensanglantés et autres borborygmes incompréhensibles, il parvient à articuler quelques mots. 
 
- Qu’est-ce que t’es moche… 
 
Un rire s’échappe, tout de suite chassé par une quinte de toux douloureuse. Le reste du voyage ne sera que douleur, affres et tourments. Mais tout de même, ne dit on pas qu’un rire vaux miles maux ? (celui qui disait ça est un con, certes, mais lui au moins à atteint la postérité)

-----------------------------

[un peu plus tard : ]

Euh, 
 
J'aurais l'droit d'utiliser ma radio entre deux coup d'botines dans les gencives? J'aimerais bien faire la promo sur les ondes publiques d'un ptit projet perso. 
 
C'est d'l'interet publique.

_________________
Ven 23 Sep - 01:07 (2011) Visiter le site web du posteur MSN
Coeur
ADMIN

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2011
Messages: 2 039
Localisation: Tu veux pas ma gratte non plus ?

Message Un p'tit stage ? Répondre en citant
Tu crois qu'j'ai pas capté c'que tu veux ? J'te buterai pas aussi facilement.


John, files moi un coup d'main s'teuplait ! On va l'attacher.


Une fois le black convenablement saucissonné, Aglaë sort de son sac de toile des cisailles et un chalumeau. Elle enfile une paire de gants de travail et se met à faire chauffer la pince.

Tiens lui la bouche ouverte. Ouais comme ça nickel.

Quelques couinements plus tard, la chauve tient entre deux doigts la plus grande partie de la langue de Siroko.

Embrasses moi, chéri.

Elle jette l’appendice dans sa bouche comme un chips et se met à mâchouiller d'un air appréciateur.

SPUT ! Dégueulasse.
ATHENA ! Viens la ma biche ! Tiens, pour toi, attrapes ! Hop !


_________________
Ven 23 Sep - 01:09 (2011) Visiter le site web du posteur MSN
Coeur
ADMIN

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2011
Messages: 2 039
Localisation: Tu veux pas ma gratte non plus ?

Message Un p'tit stage ? Répondre en citant
[siroko]

Le black ce l’était promis devant ce dieu auquel il avait cessé de croire, jamais plus il ne donnerait à cette bande de taré la satisfaction de l’entendre crier ou chialer. Oh oui il l’avait promis, le bougre, mais force est de constater qu’à présent, il n’en fait plus grand cas de ses belles résolutions.  
 
Quel manque de volonté ! Quelle petite âme ! Quelle fiote !  
 
Alors qu’il voit sa langue ce faire mastiquer par un mâtin et que sa bouche s’emplit de son propre sang, il pleure comme une fillette violée et fraichement dépucelée.  
 
Le joueur d’accordéon le lâche et il s’affaisse lourdement, comme une masse morte. Sous l’effet de la douleur insupportable qui l’accable, il perd toute contenance, ce pissant et ce chiant dessus tel un vulgaire vieillard incontinent.  
 
Saucissonné, il rampe, larve atrophiée, laissant dans son sillage une trainée infâme, mélange d’urine, de merde et de sang, bave immonde d’une limace humaine.  
 
Arrivée à hauteur d’A-glaviot, il lui baise les boots, les repeignant de rouge par la même occasion. 

 
« UUuuuUU WOOOuuuUA » 
 
Le ton aurait sans doute été considéré comme geignard et suppliant, s’il avait ressemblé à autre chose qu’un cri inarticulé et pathétique.

_________________
Sam 24 Sep - 19:14 (2011) Visiter le site web du posteur MSN
Bernard
Les irréductibles

Hors ligne

Inscrit le: 02 Sep 2011
Messages: 136
Localisation: Dans une montagne de poudre

Message Un p'tit stage ? Répondre en citant
Il vous propose de baiser comme des bêtes.

Vien la Nanard que j'tenléve le falzar et qu't'enfonce le mastard dans l'mitard!

-------------------

Après quelques traces pour se donner une contenance pendant son monologue, Béber se décide à répondre à la provocation : 
 
Euh... Bon, faut que je t'explique un truc, mecton. Je peux t'appeler mecton, mecton ? 
 
Le gars qu'on encule ici, c'est toi. Pas moi. Pour l'instant, t'es personne, moins que rien, une sous merde. Et vu comment t'aime faire le malin, tu vas trimer jusqu'à ce qu'un des tarés décide de te démonter façon meuble Ikéa. T'as eu un avant gout, mais crois-moi, t'es loin d'imaginer jusqu'où ces abrutis sont capables d'aller. Alors un conseil : ferme-la. 
 
Et si tu peux pas t'empêcher de l'ouvrir, évite de sortir ta science. T'as le vocabulaire d'un gars qui est allé jusqu'en quatrième, bravo, c'est rare de nos jours, mais les débiles qui te tabassent ont du mal à comprendre les mots de plus de deux syllabes. Ils ont l'impression que tu leur manques de respect et ils n'aiment pas ça. Contente toi du vocabulaire de base : Pipi, caca, manger. Le reste du temps, ferme-la. 
 
Et le philosophe médiocre t'emmerde. Qu'est-ce que tu connais à la philo, toi ? T'as lu des livres peut-être ? T'es Heideggerien ? Spinoziste ? Hégélien de gauche ? Tu sais lire au moins ? Sans le doigt ni bouger tes lèvres ?  
 
*Rire Nerveux*

------------------------

Ecoute mec, viens pas m’chier dans les neurones, j’ai d’jà assez à supporter avec tes potes attardés pour pas en plus devoir bouffer d’ta soupe de s'cour populaire. 
 
J’le vois cash qu’t’es du genre à raisonner comme une trique dans un sceau d’merde, sa s’lis sur ta trogne, sans l’doigt ni bouger les lévres. (de tout façon, c’est pas comme s’il en avait encore des doigts en états de marche) 
 
Après, j’doute pas qu’en bon corniaud qui s’assume t’en tire un genre de fierté d’tout ça. C’est sur qu’au royaume des mongoliens, l’autiste est roi. Mais tes conseils, plancton, tu peux t’les enfoncer si profond dans l’fondement qu’tu risque l’explosion nasale.  
 
Alors à moins qu’t’ai une propal constructive à rajouter à ma ptite liste, j’te conseil d’aller t’amuser avec ton moineau et d’laisser les vrai penseur penser. Putain d’amateur !

----------------

D'un petit air narquois à baffer : 
 
Alors le génie, ça roule ? 
 
... 
 
Hein ? Quoi ? Tu disais ? Articule un peu s'il te plait !  
On dirait que t'as la langue moins bien pendue qu'hier.  
 
*Petit gloussement satisfait de sa blague* 
 
Allez, j’arrête. J'aime pas frapper les hommes à terre, même lorsqu'ils m'insultent de tous les noms. Si si, vraiment. Je suis au dessus de ça et pense que t'as compris la leçon, du moins par la force des choses.  
 
Ah oui, tu voulais que je fasse un geste pour toi. Même si tu l'as cherché, t'en as salement bavé... Voilà pour toi.  
 
Bernard jette négligemment à ses pieds un crayon de bois Ikéa et quelques factures jaunies 
 
Pas grand monde ici n'est capable de lire ne serait-ce son nom, d'accord, mais tu pourras au moins communiquer avec les moins attardés d'entre nous. Quand tu seras capable de tenir un crayon et que t'auras fait ta part du travail, bien sur. Eh oui, ça marche comme ça ici, le travail avant tout ! Mais tu verras, comme je l'ai dit dans un de mes livres, le travail éloigne de nous trois grands maux : l'ennui, le besoin et le vice.

---------------


Ca, c’est sur qu’il n’a pas fière allure le bougre, avachis telle une masse informe de chair. Son corps trois quart nu est maculé d’une couche de crasse infâme et puante, mélange séché de bile, de sang, d’urine et de merde. Il ne lève pas la tête lorsque BHL le bien nommé s’adresse à lui, pas plus qu’il ne réagit à son offrande. Il s’en moque de communiquer avec ces tarés, il n’a plus dans l’esprit que l’idée d’une ultime porte à franchir, celle de là mort. Finalement, son regard livide ce perd sur le crayon, il ne ce demande qu’une chose en le voyant. « Aurais-je la force de m’enfoncer ça dans la gorge ? Est-ce que cela suffira à chasser toute lumière, et à embrasser la nuit ? »
Mar 27 Sep - 09:41 (2011)
Contenu Sponsorisé






Message Un p'tit stage ?

Aujourd’hui à 17:01 (2018)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    le fofo! Index du Forum » POUR LES NOSTALGIQUES » RP DE LA V6.1 » FEU EYJAFJALLAJÖKULL DANS TOUS SES ETATS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com