le fofo! Index du Forum
S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Le Prof ...

 
Répondre au sujet    le fofo! Index du Forum » POUR LES NOSTALGIQUES » RP DE LA V6.1 » QUI SONT NOS PERSOS Sujet précédent
Sujet suivant
Le Prof ...
Auteur Message
Pablo Cantabile
Le Comité

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 60

Message Le Prof ... Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
HRP : J'avais fait le background de mon perso sur le forum général, mais comme je sais que tout le monde n'aime pas trop  traîner, je vous le remet ci-dessous.
Mer 15 Mai - 12:42 (2013)
Pablo Cantabile
Le Comité

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 60

Message Le Prof ... Répondre en citant
Récit datant de la 544e Lune après Le Crash. 
 
Il y a de ces histoires qu'on oublient pas, qui nous marquent à jamais. Alors que j'avais aux environ de 13 ans, mon oncle m'en a raconté une particulièrement marquante. Je m'en rappelle comme si c'était hier. On était assis devant le soleil couchant, bien que la chaleur encore intense du désert nous étouffait tel un linge râpeux se glissant dans notre gorge. Il m'a pris la main et m'a dit textuellement ceci :  
 
" - Y'a deux types de personnes mon petit, ceux qui étaient adaptés à leur vie d'avant le crash, enfermés dans leur petit confort prolétaire, atteins du doux syndrome de Stockholm envers la Société. Tu vois ce que je veux dire ? Oui ceux qui font pas bien long feux ici, c'est clair. Et puis y'a les autres. Ceux qui jouissent dans ce merdier, ceux qui se lève le matin dans le désert en sifflotant, bravant le sable et la terre comme les anciens conquistadors. Les bestiaux quoi ...  
Ben tu vois, J'ai connus un mec, qui rentrait pas dans ces deux putain de cases. Un gars qu'étais aussi bien adapté à la vielle époque, qu'au bordel qui a suivit.  

 
Le jour ou je l'ai rencontré y'avait un putain d'enfant de mes deux, qu'avait essayé de me lever. Ce con il m'avait troué le bide. Ben le gars dont je te parle il est arrivé de nulle part, il l'a plombé de sang froid, puis m'a soigné direct, la grande classe quoi, gentleman de l'ancienne époque avec les bonnes manières et tout. Il aurait pu m'achever c'est vrai, mais il l'a pas fait. Au contraire il m'a épluché les bouts de plombs dans la carrosserie comme un de ces chirurgiens des grandes villes d'en temps. Puis quand il eut fini de me rafistoler, il m'a regardé droit dans les yeux, et il m'a dit comme je te le dis, texto : 'donne moi le gosse'.  
Ah t'étais pas très haut à l'époque, faut le dire, tu bavais encore ...  
 
Je lui ai dit que t'étais comme mon fils et que je tenais à toi plus qu'à la prunelle de mes yeux. Il t'a regardé et il a reposé ses yeux couleur de glace sur les miens et m'a répondu: 'D'accord'.  
 
Et là ce docteur de mes couilles m'a arraché les deux globes oculaires en moins de dix secondes. Je sais pas si il éprouvait du plaisir, mais une chose est sûr, j'oublierais jamais son nom ... Ataraxy, Professeur Ataraxy qu'il s'appelait."

Mer 15 Mai - 12:43 (2013)
Pablo Cantabile
Le Comité

Hors ligne

Inscrit le: 22 Avr 2013
Messages: 60

Message Le Prof ... Répondre en citant
Il marche onze heures et treize minutes par jour, dort sept heures et quatorze minutes toute les vingt quatre heures en séparant son temps de sommeil en deux. Le reste du temps il observe et se rappel ce qu'il a appris des années auparavant. Il se remémore chacune de ses opérations, les officielles en tant que chirurgien, et les autres, celles pour son plaisir personnel, dans son sous-sol dissimulé. Il se souvient de chaque parcelle de corps humain qu'il a découpé, comment entailler la chair sans faire de dégâts sur les organes, comment ne pas faire souffrir cette douce machine complexe. Ainsi que le contraire ; faire hurler de douleurs ceux qu'il appelait tout de même ses patients, en agissant sur des zones précises du réseau de connexion nerveux de notre corps.  
 
La beauté comme unification de la connaissance et de la sensation. Il retrouve cette équation dans la musique. La technique au service de l'expérience physique, de l’empirisme. Il se rappel ces soirées avant le crash où il jouait des heures durant les fugues de Jean Sébastien Bach sur son quart-de-queue. La connaissance des sons et de l'harmonie modale, ajoutée aux superpositions de structures mélodiques développées par le génie d'un homme, agisse sur nos sens d'animaux comme des catalyseurs, comme des drogues, des médicaments. Les médecins tout comme les musiciens sont des expérimentateurs, ils se servent de codes scientifiques, de principes et de méthodologie afin d'agir sur une substance : l'esprit ou le corps. Mais ils n'établissent pas une science proprement dite. Ils effectuent seulement des tests qui ont toujours comme résultat un changement d'émotions, de sensations. Ils créent avec ce que leur donne la nature... Le musicien développe son art sur un instrument, et le médecin sur un corps …  
 
Un des premiers buts du médecin est de faire cesser les sensations de douleurs du patient. Cependant ses études lui avaient appris aussi à produire le contraire. Faire souffrir en finesse, gérer et atteindre les différents niveaux de douleurs de « l’instrument ».  
 
Il avait remarqué que chaque corps exprime sa douleur dans une fréquence différente et la ressent avec plus ou moins d'intensité. De cette idée naquit un passe temps … Faire souffrir pour ressentir. Il « jouait » avec ses patients comme un pianiste appuis sur les touches de son clavier. Son instrument à lui était beaucoup plus complexe, plus rare et souvent à utilisation unique. Ses œuvres pouvaient durée des jours entiers.  
 
Puis le crash arriva, et rien ne changea. Certes le décor était très différent, mais les structures gouvernementales lui interdisant de développer son art étaient anéanties. Il était libre de pratiquer comme bon lui semble. Des patients, des instruments à foisons. De plus, les rares rencontres qu'il faisait avait toujours besoin d'un médecin ...  
 
L'esprit cartésien dont il était pourvu avait cependant une limite. Une nuit allongé aux cotés d'un corps inerte et entièrement tailladé à coups de scalpel, il avait fait un rêve, ou du moins l'expérience d'une sorte de sous-réalité. Il avait vu un garçon à la peau sombre marché à ses côtés, une lame d'un mètre soixante-quinze entre les deux mains. Il comprit très vite que ce jeune africain était son fils, certes pas biologique, mais adoptif. La filiation par l'amour, premier précepte chrétien.  
 
A son réveil il comprit qu'il était temps de chercher, de retourner ce fichu désert pour mettre la main sur son fils. Expression de folie pure ? Rêve prémonitoire ? Il ne se posa pas la question, il commença simplement sa nouvelle quête.  
 
Après avoir parcourus les plaines seuls, accompagné ici et là de ses instruments d'une nuit, il ressentis le besoin de construire autre chose, de parler et d'échanger, la banalité comme équilibre. Il se noua d’amitié avec une jeune femme. Enfin amitié ... Disons qu'il ne « jouait » pas avec elle, ils arrivèrent même d'avoir des rapports intimes "normaux" ... Une autre façon de jouer avec le corps après tout …  
 
Un matin, après une longue marche frénétique de nuit, ils arrivèrent au col d’une vallée ressemblant plus à un cratère généré par la main de l’homme qu’issue d’une volonté naturelle. Au premier coups d’œil, alors qu’il ne voyait que les contours de sa silhouette baignée dans l’éclat du soleil levant, il su que c’était lui. Il le vit. Sasham Sawadogo. L’enfant à la peau sombre. 

Mer 15 Mai - 12:46 (2013)
Contenu Sponsorisé






Message Le Prof ...

Aujourd’hui à 22:00 (2018)
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    le fofo! Index du Forum » POUR LES NOSTALGIQUES » RP DE LA V6.1 » QUI SONT NOS PERSOS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Music Lyrics.Traduction par : phpBB-fr.com